Quelle démocratie participative ?

 

« Putain, six ans ! » aurait pu dire la marionnette de Chirac dans les guignols de l’info à propos des élections municipales.

Six ans c’est long: pour éviter l’effet « chèque en blanc » donné aux élus par la démocratie représentative, il est possible de développer une « démocratie participative » qui implique les citoyens tout au long des mandatures, en mettant en place des consultations, des concertations, des « co-élaborations » ou des référendums – chacun de ces outils étant plus contraignant que le précédent pour les élus, et donnant donc plus de pouvoir aux citoyens.

Quelles sont les offres proposées par les listes en lice ?

Le programme d’Antoine Madelin (LR, Libres !) est assez léger sur le sujet :

  • « organiser des consultations pour les projets notamment municipaux(…) »
  • « distribuer tous les ans (…) un document explicatif [sur les finances de la ville] pouvant être compris de tous »

Chez Philippe Vafiades (LREM) , le thème tient sur deux paragraphes du programme :

  • « les conseils de quartier seront revivifiés »
  • consultations directes des habitants sur les grands projets
  • reprise des permanences des élus

Richard Domps (sans étiquette, ex majorité municipale) met en avant dans son programme  une proposition plus structurante : les « budgets participatifs élargis » qui consistent en une consultation des citoyens dans l’élaboration du budget de la commune.

C’est cependant dans le programme de Marie Chavanon que l’on trouve le plus de propositions sur ce thème :

  • « Poursuivre le recours aux consultations locales »
  • « Renforcer le rôle des conseils de quartiers »
  • « Mettre en place un budget participatif »
  • « Développer les commissions extra-municipales » (*)
  • « mettre en place de la co-élaboration »

Aucune liste ne s’engage cependant à mettre en place des référendums locaux , ou à doter les conseils de quartiers d’un budget – comme c’est le cas à Créteil – ce qui risque de cantonner ceux-ci aux sorties découvertes dans la ville, aux opérations propreté bénévoles, ou aux propositions laissées sans suite, comme on a pu le voir dans la précédente mandature.

 


Notes :

1) Une commission extra-municipale rassemble quelques élus et un groupe de citoyens sur un sujet donné (des parents d’élèves par exemple pour une commission extra-municipale scolaire). Ce n’est pas forcément un gage de démocratie participative: on l’a vu lors de la mandature précédente où des élus du conseil municipal se sont plaints de ne pas être informés de décisions prises dans ces commissions qui ne produisent aucun compte-rendu public ni rapport d’activités, et qui ne sont responsables devant personne.

2) Nous n’avons pas trouvé de site web pour le dernier candidat, Jean-Jacques Um.

 

 

3 réflexions sur “Quelle démocratie participative ?

  1. Salut « Banks »
    Content de voir que tu as repris du service 👍
    J’ai essayé de te passer un mail sur ton ancienne adresse perso, car j’ai, enfin 😓 , quitté Fresnes, après 44 ans, mais elle n’est plus active.
    Bon courage. Il y a (encore) du boulot !!!
    Amicalement
    Alain

    1. @Alain : content d’avoir des nouvelles ! J’espère qu’un fresnois heureux n’est pas un fresnois exilé ! 🙂 En tous cas tu as bien raison d’être parti au bord de la mer !!!!

Les commentaires sont fermés.