Fresnes : l’audit financier montre que la ville va dans le mur

« Une gestion responsable » titrait le « Panorama » dans son numéro d’avril 2017 présentant le budget de la ville. Six mois plus tard, un audit financier tranche : « la commune se situe dans une impasse financière ». Chroniques d’une débâcle annoncée.

« Une situation financière fortement dégradée »

Jeudi dernier était présentée aux élus une synthèse d’un audit financier commandité par l’ancien maire Bridey en début d’année. Le document que nous avons pu consulté (*) décrit la situation financière gravissime dans laquelle se trouve la commune: des dépenses de fonctionnement qui ne s’équilibrent « que grâce à une politique de cessions d’actifs récurrente » (comprendre : la commune vend ses bijoux de famille pour couvrir ses dépenses), des « frais de personnels très dynamiques » (comprendre : une masse salariale non maîtrisée), une capacité de désendettement qui a franchi allègrement la zone d’alerte (un ratio de désendettement de 50 ans en 2015, alors que la zone d’alerte est à partir de 15 ans), un fonds de roulement nul, une capacité d’épargne proche du néant: tous les voyants sont au rouge. Une situation sur laquelle nous avions maintes fois alerté sur notre site malgré les discours lénifiants répétés de la majorité municipale.

Un scénario avec une augmentation de 14% des impôts locaux

Devant ce constat alarmant, le cabinet d’expertise « Partenaires Finances Locales » a élaboré des scénarios de sortie de crise, sans pouvoir tenir compte d’un facteur aggravant récent: l’exonération de la taxe d’habitation pour 80% des ménages.

Ainsi, pour équilibrer la section de fonctionnement du budget municipal, ramener le ratio d’endettement au seuil de la zone d’alerte (15 ans) et financer les investissements du programme de la majorité municipale, il conviendrait de réaliser dès l’année prochaine près de 800 000 euros d’économies chaque année. Le cabinet n’indique pas comment y parvenir, mais difficile d’échapper à une baisse drastique de la masse salariale ou des subventions aux associations.

Un autre scénario évalue la hausse des impôts locaux nécessaire à maintenir le plan d’investissement annoncé tout en maîtrisant la dette: une hausse de près de 14% de la taxe d’habitation et des taxes foncières permettrait de renflouer la barque fresnoise. Ce scénario suppose toutefois des emprunts supplémentaires, bien que le cabinet d’expertise alerte sur ce point: « cet endettement n’est possible qu’à la condition que les banques continuent à financer la ville ». Rien de moins sûr semble-t-il.

Un autre scénario encore panache un ensemble de leviers d’actions: hausses de la fiscalité locale de 5% en 2018, puis de nouveau 5% en 2019, réduction des abattements sur les impôts locaux et réduction du plan d’investissement.

Tout cela pour juste sortir la tête de l’eau. La situation financière de la ville est tellement dégradée qu’il n’y a pas de « bonne » solution: les employés municipaux, les administrés et les contribuables fresnois vont tous faire les frais de la gestion Bridey. Une situation que ne pouvait évidemment pas ignorer la nouvelle maire Marie Chavanon, responsable des finances de la ville ces trois dernières années, et à qui échoit désormais la responsabilité de sortir la ville de l’ornière.

La fin de la gratuité des TAP

Première initiative dans ce sens: une délibération au prochain conseil municipal pour rendre payants les TAP (Temps d’Activités Périscolaires), 15 euros par an pour les familles fresnoises. On est encore très loin du compte. Rendez-vous au vote du prochain budget prévu normalement au printemps 2018.


(*) Nous avons demandé le rapport complet d’audit sans pouvoir l’obtenir jusqu’ici.

20 réflexions sur “Fresnes : l’audit financier montre que la ville va dans le mur

  1. Il me semble que l’opposition Municipale s’était associée pour l’élection de Mme Da Silva ?? L’ex opposition connaissait Le gouffre non ? Il me semble qu’il y a des incohérences ? C’est pourquoi je crois en Marie Chavanon pour trouver des solutions sans frustrer les Fresnois.

    1. Quand vous parlez de l’opposition municipale vous parlez des UDI. Les Républicains n’ont en rien soutenu l’élection de Mme Da Silva…De plus l’argument de Mme. Chavanon est dire qu’elle était muselé par M. le Maire et qu’elle ne pouvait pas s’exprimer. A qui fait-on croire cela? Soit elle n’était pas au courant et cela relève de l’incompétence quand on est adjointe aux finances, soit elle ne pouvait pas réellement s’exprimer, et face à cette situation aussi grave, vous démissionnez et vous alertez la population et vous le dénoncez publiquement. Or elle n’a rien fait de tout cela… Et pour cause Mme. Chavanon a soutenu cette politique… Elle a voté toutes les délibérations en ce sens, elle ne s’est jamais abstenue… Il faut arrêter cette mascarade. Aujourd’hui la seule réelle opposition politique réside avec Les Républicains…

  2. Merci Mr Banks pour cette info, qui est quand même bien inquiétante…. jusqu’ici je ne comprenais pas très bien la différence entre vos articles et les informations optimistes de la municipalité. Là l’analyse d’un tiers permet de trancher…
    Et si je me souviens bien la commune s’est encore endettée récemment de 5 ou 6 millions ? pour rembourser d’autres dettes ? c’est grave cette fuite en avant…

    1. Je ne sais plus pour ces 5 ou 6 millions. Il faut savoir que l’audit ne parle absolument pas de la part fresnoise dans la dette énorme de la CAVB ( https://fresnes2020.acctif.eu/2014/02/02/chere-cavb/ ) qui j’imagine – mais c’est à vérifier – a du être reportée sur l’EPT 12, ni de l’épée de Damoclès des cautions d’emprunts pour laquelle la ville s’est portée garante dans des proportions énormes ( https://fresnes2020.acctif.eu/2014/06/30/fresnes-la-commune-se-porte-t-elle-caution-pour-trop-demprunts-2/ ), sachant que le prochain conseil doit se prononcer pour la garantie par la ville de plusieurs emprunts d’entreprises sociales d’habitat.

      1. J’ai retrouvé l’info : dans le Panorama d’avril 2017 (p.15) il est dit : « L’autofinancement étant relativement restreint pour cet exercice, et au vu du bon niveau de désendettement de la ville ces dernières années (?), il a été décidé de recourir à l’emprunt (près de 6.8 M€) »…..
        Et vous avez raison, il faut en plus ajouter les dettes de la CAVB ainsi que le risque potentiel des cautions…. cela commence à faire plus que beaucoup !!! On n’est pas sorti de l’auberge !

  3. C est intéressant cette analyse.
    Tous ces conseillers municipaux, tous sachants et tous muets qui ont laissé faire pour ne pas perdre leur pre carré , leurs petits avantages, leurs fortes indemnités.
    Certes en dénonçant cette derive Bridey leur aurait cloué le bec et retirer leur mandat mais bon sang c est quoi la democratie ?
    Vous croyez qu’ elle va faire quoi Chavanon ?
    A part nous essorer encore un peu plus ! Y en a assez !
    Cette ville est bien partie pour régresser. Déjà qu’ elle n attire pas !
    On est dans le nord de Fresnes, on nous avait promis la refection de l avenue de la Paix, ca fait 14 ans, on l appelle le rue orangina, et la rue Mistral est refaite a moitié, pourquoi ? Au centre ville des rues ont été refaites au moins 2 fois dans ce même temps.
    Ce quartier n interesse pas la municipalite, on est traité avec mépris, vu l etat des rues et la proprete. La presence policiere est quasi inexistante et pourtant les incivilités sont quotidiennes.
    On cherche a vendre notre appartement et c est une catastrophe, les agences ont du mal a faire venir les gens par ici.
    Alors maintenant avec une faillite municipale c est encore pire. Les impôts sont déjà tellement élevés pour les immeubles des années 2000.

    1. La nouvelle maire indique dans le panorama de septembre :

      Certes, j’ai occupé plusieurs postes d’adjointe au Maire, dont celui de déléguée aux finances. J’ai alerté plusieurs fois sur la situation financière de la ville. Malheureusement, j’ai été si peu entendue.

      Les alertes ont du être levées en petit comité, car lors des différentes présentations publiques du budget en conseil municipal, le péril n’a jamais été annoncé aux fresnois.

  4. bonjour, en ce qui concerne la rue mistral, j’avais lu dans un panorama que c’était à la condition du transfert du terminus du 187 devant le stade nord (3 emplacements réservé à la descente) et devant la citée les groux (rue helene boucher) 1 emplacement pour la montée, la voirie est terminée depuis de nombreux mois plus rien n’avance, il manque le bâtiment en préfabriqué sur le parking du stade.
    quid des 25/30 voitures qui n’auront plus d’emplacement pour ce garer.

    sans quoi pour en revenir à l’avenue de la paix, finiront ils un jour la bande cyclable sur trottoir qui ce termine en queue de poisson devant le college charcot, aucuns panneaux la signale.

    avec ces soucis financiers ont est pas près d’avoir un réseau vélo correct sur Fresnes, le Velib 2 débarque en 2018 rien pour la ville.

    je confirme pour la PM on la vois pas souvent dans le quartier, c’est triste nous n’avons plus de pressing (une fermeture administrative) et aucuns DAB depuis des années ;(

    1. Par contre vous êtes censés avoir la fibre au Nord, alors qu’on l’a toujours pas au sud – et toujours pas de calendrier.

      1. bonjour, en ce qui concerne la fibre, je croise souvent des intervenants coté sud, (coté mairie (en face de l’ex clinique) y a plusieurs mois déjà, le long de la peuplerais en haut et jusqu’au supermarché casino (15 jours 3 semaines +-) du coté darty et du coté ferme de containville plusieurs mois déjà.

        ici je suis encore en 30/1 avec SFR numéricable, la citée est vouée à la destruction mais une locataire à lu qu’une intervention aurais lieu dans son immeuble (j’y comprends plus rien) la citée va disparaitre et valophis donne son aval à Orange Fibre. je me renseigne de mon coté mais heureusement que nous avons le cable, l’adsl ici c’était catastrophique (Berny92 3500 metres +- 4 différents diametres une atténuation de 45DB en vérité plus de 50) bref c’est pas gagné non plus du coté du quartier nord (coté stade)

      2. A mon avis, pas prête d’arriver au sud, la fibre ; j’ai reçu cette semaine un message d’Orange disant en gros « la fibre est presque arrivée dans votre rue , mais elle ne sera pas chez vous avant 12/18 mois…. » , info confirmée par quelqu’un de mon immeuble qui travaille chez Orange mais n’explique pas le retard….

        1. La question du calendrier du déploiement de la fibre a été posée récemment en conseil municipal á l’élu chargé du dossier (B Khelifi) qui est resté dans le flou le plus total. On est pas aidés.

  5. Il va alors falloir faire des choix : soit on refait les rues mais alors les dépenses vont augmenter (plus d’impôts locaux ou augmentation de la dette)
    soit on laisse se dégrader la ville.
    Pas de solution idéale donc….

    1. Je pense pour ma part que l’augmentation des impôts locaux est inévitable, tout comme l’abandon de certains projets de construction. Reste à voir comment sera partagé l’effort nécessaire à renflouer les finances de la ville. Si vous appartenez aux classes moyennes ce sera sans doute plein pot.

  6. Lorsqu’il est fait mention du programme municipal dans l’article, à quoi est-ce que celà correspond ?
    Je doute que soit pris en compte les dépenses pharaoniques liées à Fresnes 2030, notamment les 3 nouvelles écoles à 17-20 millions d’euros chacune (même pas compensées par toutes les ventes immobilières liées).

    1. Si, des scénarios prennent en compte le plan d’investissement fresnes 2030 avec une hypothèse de 15 millions d’euros pour la reconstruction de Pasteur-Roux-BB par exemple.

      1. Serait il possible d’accéder à ce document ?
        Mais c’est plutôt bon signe, car si on n’exagère pas sur les projets Fresnes 2030 les économies sont vite trouvées.

        1. Faudra attendre le panorama fresnois de la semaine prochaine, ou demander à un conseiller de vos connaissances, nous n’avons pas de copie du document. Nous publierons le dossier si/quand la maire aura répondu à notre demande d’accès à ce document administratif.

Les commentaires sont fermés.